"La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée" Platon



19 mars 2012

FACE A LA MER

Seul face à ses pensées par Pierre Boyer

Ce matin à l'aube, j'ai découvert cette photo postée par Pierre.
Elle est restée imprimée à l'arrière-plan de mon regard,
ne m'a pas quittée, et elle donné naissance au texte qui suit...

Face à la mer

Face à la mer
Je lui dis : bonjour, enfin !
Et aussitôt je vais bien.
Tout s’éclaire.


J’oublie ces jours, ces hivers, ces mois,
Où j’ai pensé à Elle, triste et impatiente,
Je comble le grand vide de l’absence latente
Et efface d’un geste la rigueur et le froid.


Je respire et ouvre grand mes poumons
J’apprivoise à nouveau l’odeur du goémon.
Je lui souris en fermant un peu les yeux
Je la remercie avec des mots silencieux.


Je la ressens, vert j’espère,
Je la reveux, bleu amoureux,
Je la reconnais, si familière,
Je la retrouve, à nous deux !


Les embruns chatouillent mes narines.
Le vent rabat mes cheveux emmêlés.
Ma peau subit les attaques marines,
Avec l’envie de retour à la vie salée.


Je profite intensément de cet effet mer
Car je sais, hélas, qu’il sera éphémère.


AMBre


Le 19 mars 2012

12 commentaires:

  1. Ton beau texte se marie bien avec la photo d'Etretat :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Philippe, bonne nuit.

      Supprimer
  2. Superbe photo d'un endroit que j'adore.
    J'ai rêvé tant de fois d'y aller après avoir lu "Une Vie" de Guy de Maupassant, ado. J'y suis allée depuis - chaque fois sous une pluie battante - mais l'endroit est magique. Peu importe la météo. La magie est là. Demeure. Demeurera.
    J'aime cette photo avec cet être vêtu de noir, assis là, "face à la mer". Je lui trouve un côté décalé. Un côté moyenâgeux. Comme si une faille spatio-temporelle s'était ouverte, qu'il s'y était engouffré et avait atterri là. Perdu, désorienté, mais rassuré par la mer. L'espoir pr lui de repartir, ou d'un ailleurs. Il reste là à la contempler ...
    Magnifique texte pour accompagner cette photo.
    La musique est très belle, un peu rengaine mais douce ... Pour une mer d'huile.
    J'aurai bien vu aussi ... Les Négresses Vertes et leur chanson "Face à la mer" ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, 666, de nous livrer tes impressions, ici très fortes, avec des détails très personnels, c'est pour tout ce que tu es et que tu dis que je me suis attachée à toi :)

      Supprimer
  3. Merci Ambre de rendre ainsi hommage à mon image.
    Je suis content qu'elle te touche,
    Ta poésie est magnifique...
    Très belle journée à toi,

    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toi que je remercie, Pierre, car presque chaque matin tu imprimes des images dans ma tête...
      Touchée, plus que cela, je pense que cela transparaît dans mes lignes qui n'auraient pas existé sans ta magnifique photo !

      Supprimer
  4. Hi the sea.
    Hi the sea,shouts of seagulls.
    Hi a wind storm.
    And rising over waves
    I shout to you wait.
    You wait, fill a sail
    You wait,me with it selt grasp.
    Though a fog of salty splashes
    You forward me bear.

    The melody and your words are very pathetic.
    Photo thought.
    Thank you.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Your words are beautiful.
      Why don't you show your talent on a own blog ?
      I should follow you too !

      Supprimer
  5. belle photo aux couleurs douces.Le texte est joli , déclinaison d'un amour pour cette partie du Monde.(je le comprend , moi qui m'accroche à mes sapins et dépéris loin d'eux;))
    je constate , avec soulagement , que je peux de nouveau poster des com. sans changer de navigateur!!!:DDD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais constaté que tu n'avais plus de difficulté à poster, tant mieux !
      Merci pour ton commentaire, chère Emma, je t'embrasse fort.

      Supprimer
  6. Ouf, on a échappé à Calogero, on a eu chaud !
    Haha !! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme d'hab avec toi, j'ai éclaté de rire :)

      Supprimer