"La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée" Platon



20 janv. 2015

J'AI BIEN CONNU TA MERE

https://www.actualitte.com/communiques/j-i-bien-connu-ta-mere-de-claude-sophie-gibrat-1984.htm


"Après la mort de sa mère, Camille met cinq ans avant de pouvoir ouvrir les cahiers d'écriture qu'elle a laissés. Trop de peine, trop de difficulté à l'exprimer. Le deuil ne se fait pas...
Lorsqu'elle les ouvre enfin, elle découvre que sa mère, encore toute jeune, a vécu un amour dévorant qui s’est soldé par un échec douloureux.
 

Camille, qui a toujours vu sa mère écrire, comprend à quel point l’écriture a été vitale pour dépasser cet échec.
« Je sais maintenant que l'écriture m'a sauvée de quelque chose qui s'apparentait, je pense, à de la folie. Longtemps, j'ai cru que l'écriture me libérait mais elle ne me libérait pas, elle me donnait vie."

Camille décide de retrouver l’amour de jeunesse de sa mère, seulement désigné par l'initiale "R" dans ses carnets. Elle doit alors se replonger dans les années de la deuxième guerre mondiale.

Ce roman alterne des extraits des carnets de sa mère et l'enquête que Camille entreprend, à un moment où son père est encore en vie et où elle doit lutter contre sa culpabilité envers lui, d'autant que leurs relations se sont dégradées suite au décès de sa mère.
"En perdant ma mère, j'ai aussi perdu mon père, du moins celui que je connaissais ou que je croyais connaître".

Il met en écho l’écriture d’une mère et celle de sa fille, l’écriture comme moyen de dépasser le deuil, de se libérer d'une peine trop grande, de retrouver le goût de la vie ?
L’écriture comme fil rouge de deux vies ?
« N’est-on pas toujours un peu sa mère ? »

C'est mon premier coup de coeur "lecture" de cette année, il m'a bouleversée pour plusieurs raisons.

La première est d'avoir pu entrer dans l'intimité de cette femme qui portera son secret jusqu'au bout de ses forces.

Extrait :

Plus tard, elle m'a dit :

" J'aime repasser, c'est une activité calme et solitaire, qui laisse de la place pour penser, et puis j'adore l'odeur du linge propre dans la vapeur du fer.
Je n'aime pas l'automne, je crois que c'est la période de la guerre qui m'a fait détester cette saison ; je suis toujours angoissée en automne.
J'ai toujours écrit mon prénom Suzan, à l'anglaise, mais je suis la seule à le faire, avec toi, de temps en temps ; d'ailleurs ça ne plaît pas à ton père...
J'ai vu à la télé "Sur la route de Madison", j'ai adoré ce film, je l'ai acheté en cassette et je l'ai revu de nombreuses fois.
Une vie passe vite, tu sais, essaie de profiter de tous les instants."

La seconde, c'est que maintenant je connais et comprends encore mieux Norma C, même si je ne la connais qu'à travers ses commentaires sur nos blogs, ses tableaux, ses mots en privé.


Je reprends les mots de sa mère pour imaginer le combat que Camille a dû mener contre elle-même dans cette quête de vérité :

"C'est pour tenter de juguler cet éclatement de ma pensée que je me suis mise à écrire, ce n'est qu'en écrivant qu'il me semblait que je contenais un peu cette "chose" [...]
Durant ces trois mois, j'ai écrit pour tenter d'étouffer la fragmentation de ma pensée, d'endiguer cette brèche née, je pense, de la douleur."

Une mère, une fille qui part à la recherche posthume de sa mère, enfin celle qu'elle croyait connaître même dans les moments forts de complicité.
Un secret d'amour d'une vie entière comme héritage lourd à porter.

Enfin, cette question qui nous concerne toutes et tous :

Que savons-nous vraiment de nos propres parents ?


33 commentaires:

  1. "La route de Madison" est riche en symboles, un film magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, LE film qui nous a tous troublés un jour !

      Supprimer
  2. [-ิ‿•ิ]❀
    Bonjour chère Ambre !

    Merci de nous parler de ce livre.
    Cette question on se l'est posée ou on se la pose "Que savons nous vraiment de nos parents ?"

    Il y a quelques années je ne cherchais pas à comprendre la vie de mes parents. Leur vie était ce qu'elle était et je ne voulais surtout pas "soulever le couvercle"...
    Et puis en avançant en âge, (j'ai 47 ans), j'ai cheminé, j'ai compris beaucoup de choses et maintenant j'arrive à me mettre à leur place. Je sais que "la vie n'est pas un long fleuve tranquille" et que l'on fait ce que l'on peut avec le vécu que l'on a et en fonction des personnes qui nous entourent.

    J'adore le film "Sur la route de Madison" !!! ... surtout quand Francesca laisse partir son amant de quatre jours (quatre jours seulement !) ... quand il pleut et qu'elle a la main sur la poignée de la porte de la voiture ... elle décide de le laisser partir ... et de revenir à son quotidien avec son mari et ses enfants ... Francesca fait le choix de la raison.
    Je peux revoir ce film plusieurs fois, je pleurs toujours autant ! ;o)

    GROS BISOUS à toi chère Ambre !
    MERCI pour ce partage enrichissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, chère Nancy, pour cette longue réponse et si personnelle.
      En ce qui concerne, j'ai plein de zones d'ombre, de questionnements que je n'ai toujours pas élucidés, et j'évite de "soulever mon couvercle" car je n'y vois plus rien avec la buée sur mes lunettes !
      L'histoire de la mère de Camille m'a beaucoup fait réfléchir sur les rapports familiaux, sur le fait même d'être mère à son tour et de garder une grand part d'inconnu pour ses enfants, au-delà du grand amour qu'on leur porte.
      Je n'ai pas oublié Francesca (c'est le prénom d'une de mes soeurs) qui laisse partir, sciemment, la plus grande part de sa raison de vivre, aussi éphémère soit-elle ! J'ai pleuré aussi.
      Je t'embrasse et suis heureuse que tu aies aimé ce post

      Supprimer
    2. ❀ ❀ ❀ Merci pour ta réponse chère Ambre !
      Tu m'as fait rire "soulever le couvercle" et la buée qui vient sur tes lunettes ! Rires... !!!! :o)

      Ta sœur a un très très joli prénom !

      Passe une agréable journée !

      [-ิ‿•ิ]❀ Amicales pensées d'Asie jusqu'à toi Ma Belle !

      Supprimer
    3. J'ai été heureuse de "correspondre" avec toi, nous sommes allées un peu plus loin cette fois-ci.
      Je te souhaite une belle fin de semaine.
      Bisous mouillés et gelés de Vendée

      Supprimer
  3. Bonjour Ambre,
    Je suis déjà charmé par les mots si touchants de ce livre.... J'adorais le lire ❤

    Je t'embrasse et bonne journée

    Manon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu cliques sur le lien sous la couverture, tu trouveras les liens pour te le procurer, si tu le veux.
      Je ne t'envoie pas le mien car il est trop "personnel" et je vais le garder précieusement dans ma bibliothèque.
      Gros bisous

      Supprimer
  4. Merci pour la suggestion de ce livre, il me tente bien aussi.

    La route de Madison, un film superbe qui me parle beaucoup...et qui nous parle à beaucoup d'entre nous je pense.
    Nous avons tendance à oublier que nous n'avons qu'une vie.

    Bonne fin de journée :)

    RépondreSupprimer
  5. J'ai commandé le livre ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te dire que tes réponses me font extrêmement plaisir pour Norma est peu à côté de ce que je ressens.
      J'aimerais connaître ta réaction après lecture, ici ou chez Norma.
      Bonne fin de semaine et merci d'être présente sur ce blog :)

      Supprimer
    2. Je n'y manquerais pas :)
      Merci pour tes partages qui sont riches.

      Supprimer
    3. J’ai fini le livre.
      Je voulais remercier l’auteur, Claude Gibrat pour nous permettre de rentrer dans l’intimité de la vie de sa maman et dans sa propre intimité.
      C’est un très beau cadeau que voila, l’amour, parce qu’il est vraiment question d’amour dans ce livre. L’amour le vrai. L’amour d’une femme, l’amour d’une mère, l’amour d’une fille à sa maman.
      Cette histoire m’a beaucoup touchée, beaucoup parlé, tout comme le film « la route de Madison ».
      Une histoire qui bouleverse, qui touche l’âme.
      Très joliment écrit.
      Nous sommes tous, au fond, à la recherche de cet amour, celui où l’on rencontre l’âme sœur, la vraie. C’est cet amour que Susan a trouvé auprès de R.

      Je voulais donc vous dire merci, à vous Claude Gibrat (Norma C) :) , et à toi AMBre, pour ce partage riche en émotions. Un trésor.
      Un grand bravo aussi pour votre détermination qui a porté ses fruits.
      Comme tous les bons livres que j’ai lu, je me suis plongé dedans, à en oublier le monde qui m’entoure, à le dévorer, jusqu’à la fin, fin qui est arrivée trop vite à mon goût.
      Alors je vous encourage Claude Gibrat, à utiliser ce don d’écriture, qu’avait déjà votre maman, et à continuer de nous transporter.

      Je vais partager vote récit avec maman, qui j’en suis persuadé, va aimer aussi.

      Merci

      N@nou

      Supprimer
    4. Merci N@nou, un grand merci même.
      J'ai fait suivre aussitôt par mail à Claude-Sophie ta réaction qui m'émeut pour elle.
      Je suis heureuse et confortée dans mon propre "coup de coeur".
      A bientôt...

      Supprimer
    5. Merci N@nou pour ce commentaire qui me touche énormément et merci à Ambre de me l'avoir fait suivre, je le conserverai précieusement.
      Je vous embrasse toutes les deux.

      Supprimer
  6. Comme je te l'ai écrit par ailleurs, j'ai eu un coup de cœur hier matin en découvrant ton billet...
    Encore une fois merci, Ambre.
    Avec toute mon amitié, je t'embrasse très fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais à nouveau prendre le temps pour te répondre longuement.
      Ce billet était évident, profondément sincère et communicatif. Tu sais que j'aime partager mes plaisirs artistiques et littéraires, entre autres petites choses qui me touchent personnellement.
      Je t'embrasse fort

      Supprimer
  7. Eh bien, justement, je suis en train d'explorer mes parents, histoire de mettre de l'ordre dans mon esprit. Ce n'est pas une chose facile...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage, ce n'est jamais une mince affaire !

      Supprimer
  8. Bonjour Ambre
    J'avoue ne pas avoir envie de comprendre le pourquoi de la vie que m'a donné mes parents , c'est trop tard je pense m'être reconstruite du mieux possible et avoir su donner à mes propres enfants autres choses
    Mais pas sur d'avoir reussi non plus ..mais j'aurais fait du mieux possible !
    Merci Ambre pour ce bel article
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends et tu as raison de te tourner vers l'avenir, nous faisons tous du mieux que nous le pouvons sans garantie de succès !
      Je t'embrasse

      Supprimer
  9. je le lirai après être sortie de mon livre de plus de 1000 pages, passiionnant aussi ! les relations parents enfants sont bien souvent mystérieux et F. Dolto disait que en tant que parents on fait comme on peut mais on a toujours faux !!! l'essentiel est qu'ils fassent leur chemin !
    bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waouh, ça me rappelle il y a longtemps la lecture du "Docteur Jivago" !
      Je te rejoins dans tes propos, j'ai lu aussi Dolto à une époque pour essayer de faire "bien" avec les enfants.
      Bisous tout mouillés, je viens de me prendre une belle saucée !

      Supprimer
  10. Superbe billet, avec une chanson trop peu connue de Maxime e Forestier. Tu nous présentes toujours des trésors et des pépites ! Un blog-référence qui se construit et nous construit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, tu me faire rougir !!

      Supprimer
  11. Il faut absolument que je me le procure... je l'ai déjà dit mais avec ton billet si émouvant, cela devient impératif :-)
    Je t'embrasse ma Petite Ambre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi !
      Tu me diras, hein ?
      Bisous,

      Supprimer
  12. De nos parent nous ne connaissons rien de rien. Quand maman est morte, en rangeant ses affaire, dans un cadre derrière une photo de famille il y avait la photo d'un homme bien sûr pas mon père.
    Qui est cet homme ? Pourquoi maman gardait sa photo ? Beaucoup de questions qui vont rester sans réponses.

    J'ai reçu le livre de Norma avant de partir en Serbie et déjà sa lecture me bouleverse.

    Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu pourrais creuser ta(sa) propre histoire et l'écrire pour toi et pour les autres. Tu n'as pas de réponse au sujet de cette photo cachée, pour le moment, mais peut-être des personnes qui connaissaient ta maman en savent plus que toi.
      Après, c'est un dur choix à faire : a-t-on vraiment envie de tout savoir de ce qu'on nous a volontairement caché ?

      J'espère connaître bien vite ta réaction après avoir refermé le livre de Norma C...
      Moi aussi je t'embrasse

      Supprimer
    2. Il est vrai que j'ai envie de savoir, mais j'ai un peu peur :)
      La démarche de Norma est magnifique.

      Je t'embrasse !

      Supprimer
    3. Je comprends parfaitement ta crainte de découvrir son secret, ce n'est pas une démarche facile en effet.
      Norma est allée au bout d'elle-même dans sa propre quête du "savoir", je salue comme toi cet exercice magnifique.
      Moi aussi je t'embrasse

      Supprimer